La vague artificielle de Kelly Slater au calendrier 2018 du championnat du monde !

Coup de tonnerre dans le petit monde du surf, une épreuve du championnat du monde élite, le CT, se disputera en 2018 sur vague artificielle ! Et pas n’importe où, dans le Surf Ranch du King Kelly Slater, 11 titres mondiaux au compteur. En septembre dernier, les meilleurs riders de la planète surf s’étaient déjà donnés rendez-vous à Lemoore en Californie, pour une épreuve non officielle, la Future Classic (remportée par Gabriel Medina et Carissa Moore) qui aura au final servi de répétition générale.

Alors que les piscines à vagues ou projets de vagues artificielles se multiplient (cf notre news « Zoom sur les vagues artificielles en Europe » et notre news « On pourra surfer près de Paris en 2023 »), et que l’épreuve de surf des Jeux Olympiques de Tokyo pourrait elle-même se disputer sur une vague artificielle, cette décision de la World Surf League devrait faire du bruit !
Date des réjouissances au Surf Ranch : en septembre 2018, pour un contest qui sera scruté de près et dont l’impact s’annonce énorme.

John John Florence sur la vague de Kelly Slater (Photo WSL)

« Compte-tenu des résultats de notre test cette année et des retours des surfeurs qui s’entraînent dessus tout au long de la saison, l’épreuve en septembre prochain pourrait être quelque chose de spécial pour les surfeurs et les fans, a expliqué Sophie Goldschmidt, PDG de la World Surf League. Nous ne faisons qu’effleurer la façon dont cette technologie peut être utilisée, ça change complètement la donne pour le sport

« C’est incroyable ce que les équipes WSL et KSWC ont développé au Surf Ranch au cours de l’année dernière et la Central Valley de Californie bénéficie désormais d’une vague de classe mondiale« , a déclaré Kieren Perrow, commissaire du WSL. « Cette technologie, et sa capacité à fournir des vagues de haute qualité partout dans le monde, ouvre de nombreuses possibilités pour que nous puissions compléter et faire évoluer l’expérience compétitive. »

« L’expérience de la compétition au Surf Ranch est assez extraordinaire« , s’est pour sa part réjoui Adrian Buchan, compétiteur CT et représentant des athlètes. « Ce que l’équipe a créé est difficile à comprendre au début – une vague bidirectionnelle parfaite de 350m de long au milieu de la Californie rurale. Je n’ai aucun doute que la qualité de la vague est à la hauteur. L’océan sera toujours notre maison, mais au fur et à mesure que nous grandissons, nous avons l’opportunité de présenter et de partager l’intérêt du surf pour de nouveaux publics… »

Johanne Defay surfe la vague de Kelly Slater (Photo WSL)

« Les surfeurs et le WSL ont eu une discussion de longue date sur les nouvelles opportunités qu’un événement dans les installations de Surf Ranch peut offrir pour le sport« , a confié Sage Erickson, compétitrice CT et 7e mondiale. « Nous avons maintenant la possibilité de planifier des événements à l’avance, des vagues de haute qualité garanties, des opportunités équitables pour tous les surfeurs et un environnement totalement nouveau et unique pour les spectateurs. Ca va être incroyable. » 

Une décision qui n’a pas manquée d’être commentée par les fans de surf, certains craignant déjà d’assister à un « surf ennuyeux, artificiel et robotique », d’autres appelant à « garder les piscines à vague pour les loisirs et l’entraînement » et regrettant la disparition du « facteur chance ».

Alors, bonne ou mauvaise chose pour le championnat du monde de surf ? D’autres événements organisés sur des vagues artificielles ont-ils des chances d’entrer également sur le World Tour dans les années à venir ? Prochains épisodes à suivre sur un phénomène qui n’a pas fini de faire couler beaucoup d’encre…

.

Découvrez toutes les activités surf d'Adrénaline Hunter

.