rock climber mountain

Top 8 des meilleurs films d’escalade

Notre sélection des meilleurs films d’escalade jamais réalisés couvre plusieurs types d’escalade: grande voie, escalade de montagne, solo intégral, tout y est. Que vous soyez-vous déjà un grimpeur accompli, ou simplement en recherche de beaux films et documentaires, cette sélection va vous donner envie de chausser les chaussons et de bosser les arqués ! Au boulot !

Free Solo (2018)

Primé aux Oscars en 2019 dans la catégorie Meilleur Film Documentaire, le film Free Solo est un des meilleurs films réalisés sur l’escalade, et sur Alex Honnold.

Dans Free Solo, le spectateur suit le grimpeur extrême Alex Honnold dans sa quête pour libérer l’une des voies les plus célébré du monde sur El Capitan, dans le Yosemite National Park aux Etats-Unis. En solo intégral, sans partenaire, sans assurance, sans corde.

Malgré les défis que représentent cette ascension de 900m, et les craintes de ses proches, Alex Honnoldt n’est pas prêt de renoncer à son défi. Vous découvrirez à travers ce documentaire l’aventure la plus ambitieuse de sa vie, un projet d’escalade qu’aucun grimpeur n’avait tenté auparavant, et encore moins réalisé.

Ce film dévoile un Alex Honnoldt courageux, fascinant et impressionnant avec son métal d’acier. Mais avouons-le, ce mec est complètement dingue ! Le regard du réalisateur insiste également sur les aspects plus intimes de la préparation du grimpeur, physique et mentale.

Free Solo présente aussi les challenges inhérents à la réalisation d’un tel documentaire pour l’équipe de tournage, tous des grimpeurs expérimentés également. Et en particulier l’impact sur la concentration d’Alex Honnoldt d’avoir une équipe de tournage suspendue autour de lui tout le long de l’ascension. Evidemment, il n’y a pas eu de deuxième prise… C’est aussi un aveu troublant de l’impact potentiel de l’exposition médiatique sur la prise de risque d’athlètes extrêmes comme Alex Honnoldt.

Ce documentaire donne également la parole à l’entourage du grimpeur. La petite amie de Honnold mériterait également un prix! 

Dans tous les cas, Free Solo est un film d’escalade majeur, et un témoignage unique sur une des réalisations d’escalade les plus impressionnantes de tous les temps. N’est pas Alex Honnold qui veut, et c’est peut-être très bien comme ça!, 

 

https://www.youtube.com/watch?time_continue=33&v=oMx2__7oG5I&feature=emb_logo

Age of Ondra

Age of Ondra est un film d’escalade suivant le grimpeur Adam Ondra. Moins connu du grand public, Adam Ondra est cependant largement reconnu par la communauté de l’escalade comme l’un des plus grands grimpeurs des années 2010 (voire le meilleur).

Après avoir sorti avec succès un grand nombre des voies d’escalade les plus difficiles du monde (cotation 9, le niveau le plus extrême), Age of Ondra nous propose de suivre le grimpeur Tchèque de 25 ans dans sa préparation pour des projets encore plus extrêmes.

Si vous pensiez que Honnold était un peu étrange, regardez toutes les choses plus bizarres les unes que les autres qu’Ondra réalise pour son entraînement. Par exemple, on le verra dans ce documentaire allongé sur le sol, imitant les mouvements qu’il ferait en grimpant, et en hurlant comme s’il souffrait !  

Ce documentaire présente aussi ses succès, ses coups de colère, et construit un portrait plutôt attachant d’Ondra. On y voit aussi d’impressionnantes sessions d’escalade, comme un 9a+ à vue, une performance inimaginable pour le commun des mortels.

En bref, un très beau documentaire d’escalade sur le mutant Adam Ondra, que même Alex Honnoldt surnomme apparemment « le bizarre ». Qui a dit que l’hôpital se moquait de la charité…

 

Africa Fusion (2015)

Dans ce documentaire de 2015, on retrouve le grimpeur Alex Honnoldt accompagné de la britannique Hazel Findlay lors d’un trip escalade en Afrique Australe.

A la recherche des plus belles voie, on suit ici les deux grimpeurs en Namibie et en Afrique du Sud. Spitzkpppe, jungle de Waterval Bove, Blouberg, Cape Town, le road-trip écume les plus belles parois de cette partie de l’Afrique. 

Et si les voies grimpées par Alex Honnold et Hazel Findlay sont parmi les plus longues et les plus difficiles de cette partie du monde, l’accent de ce documentaire d’escalade est clairement mis sur autre chose.

Plaisir de la découverte, de la rencontre, du voyage, Africa Fusion développe un angle très différent de Free Solo. Une ode au voyage et à a liberté, ce film d’escalade vous donnera envie de faire votre sac à dos, d’y mettre baudriers, chaussons et chalk bag et de partir à l’aventure.

 

The Dawn Wall (2017)

Retour en Californie sur le spot mythique d’El Capitan dans le Yosemite. The Dawn Wall retrace le défi fou de deux grimpeurs de l’extrême, Tommy Caldwell et Kevin Jorgeson, sur une des voies les plus dangereuses d’El Capitan.

Cette voie est brillamment éclairée chaque jour par le lever du soleil. D’où le nom de Dawn Wall, le mur de l’aube. Particulièrement raide, technique, et exigeante, cette partie d’El Capitan n’avais jamais été grimpée auparavant, sur un spot pourtant écumé par les meilleurs grimpeurs du monde.

Deux des passages les plus difficiles de la falaise d’El Capitan sont en effet situés en plein milieu du Dawn Wall. Et, à l’inverse d’autres voies, le Dawn Wall est lisse, dépourvu des fissures qui caractérisent d’habitude l’escalade à El Cap.

Ce documentaire d’escalade raconte les efforts acharnés des deux grimpeurs pour réaliser cette ouverture, et « libérer » cette partie de la falaise. 7 années de préparation, d’essais, et un dernier assaut final de 19 jours passés à dormir en portaledge sur la paroi, le mot acharnement prend tout son sens ici.

Un exploit extraordinaire, mis en valeur par le film par des flashbacks sur les coups durs, doutes, et péripéties vécues par les deux grimpeurs pendant ces sept années d’effort. Avec notamment l’évasion dramatique et rocambolesque de Cadwell, retenu prisonnier par des islamistes lors d’un voyage au Kirghizstan.

Ce film primé est un incontournable, et sans doute un futur classique du film d’escalade de la fin des années 2010 avec Free Solo. Captivant, il nous prouve que l’impossible peut devenir parfois possible et qu’amitié et persévérance permettent de réaliser des projets extraordinaires. 

 

Meru (2015)

Meru est un film documentaire américano-indien d’escalade et d’alpinisme portant sur la toute première ascension de la voie du Shark’s Fin (qui tient son nom de sa forme triangulaire, tel un aileron de requin), sur le pic Meru, situé le versant indien de l’Himalaya indien.

Le film a été produit par le grimpeur vétéran Jimmy Chan et sa partenaire Elizabeth Chai Vasarhelyi, et relate la première ascension de la voie en 2011 par Jimmy Chan, Conrad Anker et Renan Ozturk. 

La voie Shark’s Fin est considérée comme une des voies d’escalade en haute altitude la plus dure du monde, avec près de 1300m de paroi verticale. Grimper cette partie du pic Méru implique notamment un engagement total avec de nombreux bivouacs sur portaledge en pleine paroi, quelques soient les conditions météo.

Le documentaire narre en réalité deux expéditions réalisées sur la voie: une première en 2008, un échec, et la seconde en 2011, ainsi que divers événements survenus dans l’intervalle. Au-delà d’images magnifiques et impressionnantes et de l’exploit sportif, ce film d’escalade laisse apercevoir la complexité des relations entre les grimpeurs, et leurs démons. En particulier, l’obsession quasi-maladive de Conrad Anker pour la réalisation de cette voie pourra inspirer, ou au contraire rebuter par sa radicalité. 

Dans tous les cas, Meru est un film d’escalade en haute montagne qui ne laissera pas indifférent.

 

Assault on El Capitan

Ce documentaire sur l’escalade retrace l’histoire d’Ammon McNeely, 42 ans, et de son partenaire, Kait Barber, 22 ans, alors qu’ils effectuent la première répétition de la voie Wings of Steel à El Capitan, jamais répétée depuis son ouverture en 1983.

Wings of Steel est connue pour être l’ascension la plus controversée d’El Capitan. Cette voie de 305 mètres est essentiellement constituée d’une dalle verticale géante, sur la face sud-ouest. Mais tout comme les grands spots de surf, les grimpeurs locaux sont très possessifs de leurs voies.

En 1983, la première ascension a été réussie par Mark Smith et Richard Jensen. Les deux grimpeurs ont été harcelés sans relâche. Les grimpeurs n’avaient jamais réussi des ascensions aussi difficiles auparavant, donc leur présence n’était pas appréciée et jugée irrespectueuse par les locaux de la vallée du Yosemite. Le harcèlement a continué pendant toute l’ascension et les grimpeurs ont même été attaqués et acculés dans des parkings ou encore des épiceries.

Ce film, Assault on El Capitan suit ce duo alors qu’ils s’engagent courageusement sur cette voie « interdite ». Ce documentaire évoque également la vie de ces grimpeurs de la « seconde génération » alors qu’ils tentent de grimper ce voie extrême, tout en confrontant simultanément la controverse de 1983 au sein de la communauté d’escalade, une controverse qui continue de faire rage depuis plus de 35 ans.

 

Azazel (2011)

Azazel est un film documentaire d’escalade de 20 minutes tourné en 2010 au Pakistan par quatre grimpeurs français: Yann Mimet, Sam Beaugey, Jean-Yves Fredriksen et Martial Dumas.

Film tourné par les grimpeurs eux-mêmes, et à tout petit budget, Azazel peut être vu en parallèle de Meru. Il suit en effet les quatre grimpeurs dans leur expédition pour sortir une voie d’escalade de même type. 1300m d’escalade sur les tours de Trango au Pakistan, la plus longue falaise du monde, qui sort à 6000m d’altitude.

Si Meru est un documentaire poignant et clivant, notamment par les personnalités parfois extrêmes des protagonistes, Azazel n’a pas la prétention de vous faire sortir les mouchoirs. Ici, pas de suspense ni de dramatisation. L’escalade est difficile (20 jours passés accrochés sur la paroi!), les conditions météo parfois franchement mauvaises, mais c’est l’amitié de cordée, la bonne humeur, et même l’humour des grimpeurs qui donne à ce film d’escalade sa couleur particulière.

Un magnifique film de haute altitude et une superbe histoire d’amitié, une de celles qui donne la banane et envie de partir à l’autre bout du monde avec ses amis. Un favori de tous les grimpeurs qui se retrouveront dans ce groupe d’amis, et également pour la petite surprise en fin d’ascension !

 

Opéra Vertical (1982)

Comment terminer cette sélection des meilleurs films d’escalade sans parler de Patrick Edlinger, le grimpeur star des années 1980, et le premier à avoir réalisé des films d’escalades dignes de ce nom.

Né en 1960, Patrick Edlinger est en effet (avec Patrick Berhault) dans les années 1980 la figure de proue du développement de l’escalade en Europe, au même moment où les premières ascensions sont réalisées par les grimpeurs américains dans le Yosemite. Un des premiers grimpeurs à « se balader » dans le 8ème degré et à réaliser de voies d’ampleur en solo intégral, il acquiert un forte renommée. Il est même personnalité préférée des français selon Paris Match en 1983. 

Cette renommée lui permet de financer de véritables films d’escalade, réalisés par Jean-Paul Janssen. Ce sont ces films qui font dans les années 80 connaître l’escalade au plus grand nombre.

Opéra Vertical est, avec La Vie au bout des Doigts, l’un des deux principaux films documentaires tournés sur Patrick Edlinger. Un des premier documentaire filmé directement sur la falaise (comme, 35 ans plus tard, Free Solo), il donne bien sûr le premier rôle à Patrick dans plusieurs voies du Verdon, alors la Mecque de l’escalade en Europe.

La séquence où Patrick se lance à l’assaut d’une voie difficile en solo intégral au-dessus d’un vide de 300m avec le Verdon en contrebas, sur fond de musique lyrique, est un monument du film d’escalade. A voir absolument (ou à revoir).