Zoom sur les vagues artificielles en Europe

Si vous êtes un fidèle du Mag d’Adrénaline Hunter, vous avez sûrement lu notre news traitant du fait que l’on pourra surfer près de Paris en 2023 ! L’occasion de faire un point sur les vagues artificielles existantes ou à venir en Europe…

.

Les piscines à vagues existantes

Surf Snowdonia

C’est LE pionnier en la matière. Premier wavegarden public inauguré dans le monde, le surf park de Snowdonia a ouvert ses portes le 1er août 2015 au Pays de Galles. Avec son bassin de 300 mètres de long, ce fut le premier centre de la compagnie espagnole Wavegarden à proposer ses services au grand public. A Conwy Valley, au pied des montagnes de Snowdonia, le lagon grand comme six terrains de football est l’outil parfait pour apprendre le surf. Déferlant à une fréquence d’une vague par minute, et mesurant de 70cm à 2m, les vagues de Surf Snowdonia sont taillées pour les amateurs de surf et pour ceux désirant apprendre à rider. Un projet qui a nécessité un investissement de 12 millions de livres… Pari gagnant : plus de 150 000 personnes ont visité l’installation au cours de sa première année de fonctionnement. A noter que le contest de surf Red Bull Unleashed y a été organisé pour la première fois en septembre 2015, avec une victoire finale de l’Hawaiien Albee Layer.

.


 

Wavegarden Cove

Le Wavegarden, technologie de vagues artificielles made in Pays Basque (Gipuzkoa, Espagne), a franchi en mai 2017 un nouveau cap. Dénommé « The Cove », le nouveau WaveGarden tourne désormais à … 1 000 vagues par heure, de la petite vague d’un demi-mètre jusqu’au puissant tube de 2m40. A fréquence maximum, comptez deux vagues toutes les huit secondes pour une durée de surf moyenne de 15 à 20 secondes. Une flopée de riders pros (Gabriel Medina, Sebastian Zietz, Filipe Toledo, Matt Wilkinson, Josh Kerr mais aussi l’Equipe de France) étaient d’ailleurs venus tester « The Cove » et tous ont été élogieux sur cette nouvelle vague artificielle. Le système pourrait s’étendre à d’autres villes européennes : Barcelone, Madrid (qui possède déjà son site web), Costa del Sol, Edimbourg, Bristol ou Londres.

.


 

Wave Surf Café

A Bordeaux, le Wave Surf Café propose une vague indoor dite statique ouverte à l’année en France, à rider en surf ou bodyboard. Eau entre 22° et 24°, sessions individuelles à partir de 14,50€ la 1/2h, le matériel étant fourni. Ce café a d’ailleurs organisé la première compétition de surf et de bodyboard indoor de France, le 22 janvier 2016.

;

 

SplashWorld Provence

A Monteux (Vaucluse), le parc d’attractions SplashWorld Provence vous propose la plus grande vague artificielle du monde, accréditée par le Guiness Book des Records. Da Wave est une vague statique mesurant 3,5m de haut ! « Ses 6 pompes développent une puissance totale de 1000 chevaux, soit la puissance d’une Bugatti Veyron et ses turbines peuvent atteindre un débit de 29 000 m³ / heure », précise le site internet du parc. De quoi profiter d’un max de sensations ! Session à 22€ ou à 15€ si achat d’une entrée pour SplashWorld le même jour.

.

.

Les projets en cours

Waves in City

Un complexe de surf à Paris en 2018 ? L’info est à prendre trés au sérieux puisqu’elle émane de la société Waves in City, qui a lancé ce projet il y a déjà quelques années. Au programme, une vague artificielle outdoor et indoor (ainsi qu’une école de surf et un musée dédié au surf), dans un complexe situé à une trentaine de minutes de Paris. « Beaucoup de citadins et notamment à Paris sont passionnés par le surf et ne peuvent pas pratiquer. Il y a un vivier de surfers dans les villes et un potentiel de gens qui veulent apprendre mais n’en ont pas l’opportunité« , a expliqué à BFMParis.com Jérôme Villeminot, président-fondateur de Waves in City. Qui a donc décidé de démocratiser le surf urbain ! Le début des travaux est programmé pour le printemps 2018, sur un site restant à déterminer, pour une ouverture prévue à l’été 2019. Le projet devrait s’étendre sur 6 hectares, les vagues artificielles étant reproduites grâce à des ondes sous-marines soulevant l’eau… Tarif journalier à prévoir : 30 à 40 euros. De quoi faire le bonheur de milliers de surfeurs exilés ! A noter que le site web de la société précise que « Waves in City® travaille actuellement sur différents projets dans d’autres villes en province… » Cela s’annonce trés bon pour les riders !

.

Surf Loch

La révolution des piscines à vagues est plus que jamais en marche ! Avec sa technologie permettant de créer plusieurs centaines de vagues tubulaires par heure, Surf Loch serait en mesure de concurrencer le géant WaveGarden. Première ville européenne à bénéficier du concept, Rotterdam (Pays-Bas) avec un ouverture initialement prévue au printemps 2018. La piscine produira en principe des vagues d’1,5m d’une durée de 10 secondes avec des sections tubulaires, et des vagues plus faciles en fin de bassin. De quoi satisfaire tant les débutants que les riders aguerris !

.

Okahina Wave

Projet initié par Laurent Héquely, Okahina Wave est un système breveté en juillet 2015, qui s’inspire du fonctionnement des atolls polynésiens et, donnée importante, consommerait trois fois mois d’énergie que les autres procédés. Respectueux de l’environnement, cet atoll flottant sans bassin en béton ni système de filtration produirait ainsi une vague en milieu naturel, « une vague de 15 secondes de 80cm à 2m qui creuse et qui tube » selon le site internet d’Okahina Wave. Temps de glisse estimé : 30 secondes « et dans une certaine configuration, une vague artificielle à surf infini ». Prometteur !

.

 

Vous l’aurez compris, les piscines à vagues ou vagues artificielles représentent un business florissant et n’ont pas fini de nous faire rêver, d’autant que les organisteurs des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 (lors desquels le surf fera son entrée officielle) pourraient utiliser ce système pour la compétition. Les prochains mois promettent donc d’être riches en rebondissements !

Photo de Une : Le pro Filipe Toledo sur The Cove / Crédit Wavegarden

.
Découvrez les activités surf d'Adrenaline Hunter

.