Point Break

Top 10 des films de sports extrêmes !

Ahh, le cinéma… « Avec le cinéma on parle de tout, on arrive à tout », avait coutume de dire le cinéaste Jean-Luc Godard. Les sports extrêmes n’ont pas échappé à la règle et ont été portés sur grand écran, avec plus ou moins de réussite. Voici notre Top 10 des films de sports extrêmes !

.

Point Break

Comment oublier le mythique Point Break sorti en 1991, avec Johnny Utah et Bodhi ? Le pitch : Johnny Utah, un jeune inspecteur du FBI, s’infiltre dans le milieu des surfeurs de Los Angeles pour retrouver les braqueurs responsables de 26 attaques de banque. Scénario émouvant, scènes de surf, le film cartonnera au box-office : 84 millions de dollars de recettes au niveau mondial, 1 350 000 entrées en France. Et distillera un peu de l’esprit surf au grand public. Une vraie réussite, et un film inoubliable plus de 25 ans plus tard…


.

Point Break 2

Disons-le tout de suite, Point Break 2 ne restera pas dans les annales du 7e art pour son scénario. Mais en revanche, les amateurs de sports extrêmes ont été comblés ! Surf, snowboard, wingsuit, proximity flying, motocross et freeclimbing étaient mis à l’honneur dans ce reboot de 2015, et les scènes ont pu être tournées grâce à l’appui de nombreux champions.
Plusieurs surfeurs professionnels comme Ian Walsh ou Laird Hamilton ont ainsi été mis à contribution pour les scènes de surf de Point Break, tournées sur les mythiques vagues de Teahupoo (Tahiti) et Jaws (Hawaii). La star Xavier de Le Rue était de la partie pour les scènes de snow en pentes raides, tandis que l’athlète Red Bull Chris Samma a apporté sa science de l’escalade. Bref, cela donne des scènes d’action à couper le souffle et on ne va pas s’en plaindre !


 

.

The Endless Summer

Ce docu de 1966 entré dans l’Histoire suit les pérégrinations de deux jeunes surfeurs californiens de 18 et 21 ans, Robert August et Mike Hynson, lors d’un été sans fin à la découverte des meilleures vagues du monde. Les Américains se sont ainsi rendus au Sénégal, au Ghana, en Afrique du Sud, en Australie, en Nouvelle-Zélande, à Tahiti ou encore à Hawaii afin de filmer les plus belles images. Ce film culte est ressorti en salles en août 2016, et son affiche est elle aussi entrée dans la légende en tant qu’emblème de la « surf culture »…

.

La Nuit de la Glisse

Véritable phénomène de société, la Nuit de la Glisse est basée sur un film-documentaire réalisé par Thierry Donard. Pour l’édition 2017, baptisée « Don’t Crack Under Pressure saison trois » et projetée le 1er décembre à Paris au Grand Rex, les amoureux de sports extrêmes auront droit à du surf, du kitesurf, du VTT, du free diving, du ski, du snowboard, du wingsuit ou encore du SUP. Bref un gros shoot d’adrénaline et de sensations fortes au programme, pour 90mn qui s’annoncent survitaminées ! Pour en savoir plus sur la Nuit de la Glisse 2017, nous vous invitons à consulter l’article que nous lui avons consacré sur le Mag’ d’Adrenaline Hunter !


.

Les Seigneurs de Dogtown

Film incontournable daté de 2005, ce biopic américain retrace l’histoire des « Z-Boys », jeunes skateurs du quartier pauvre de Venice (surnommé Dogtown), à Los Angeles. Lors de l’été 1975, la Californie connut une canicule qui força les autorités à imposer aux propriétaires de piscines de les vider. Une aubaine pour Stacy Peralta, Tony Alva, Jay Adams et leurs potes, qui décident d’investir clandestinement les piscines vides pour tester leurs planches et développer de nouvelles figures… Ils vont alors révolutionner le skateboard moderne. Captivant !


.

BMX Bandits

Saviez-vous que le premier film de Nicole Kidman était lié au BMX ? Eh bien maintenant, oui ! Alors âgée de 17 ans, l’Australienne campe dans « Le Gang des BMX » (1983) une passionnée de BMX qui tente avec deux amis de revendre du matériel de contrebande, et d’échapper à la police et à des gangsters. Et rien que pour la présence de Nicole Kidman, on regarderait bien à nouveau ce film ! Rappelons que le BMX Freestyle fera son apparition aux Jeux Olympiques de 2020, en plus du BMX Race.


.

Blue Crush

C’est l’un des films qui a donné envie à Maya Gabeira, surfeuse de grosses vagues, de faire du big wave riding. Plutôt cool non ? Bien que n’ayant pas révolutionné le 7e art, Blue Crush (2002) eut le mérite de faire la part belle au surf féminin, et aux décors paradisiaques de l’île Oahu, à Hawaii.
Au casting, on retrouve notamment Michelle Rodriguez mais aussi Tom Carroll (double champion du monde 1983 et 1984), Bruce Irons et une autre star du surf, Keala Kennelly (vice-championne du monde 2003, et big wave rideuse accomplie). A noter qu’une suite a vu le jour en 2011, et qu’une série Blue Crush devrait bientôt éclore… Avis aux nostagiques !


.

.

Wassup Rockers

Dans ce film de 2005, on suit un groupe de jeunes latinos fans de culture punk, qui décident de sortir de leur ghetto du centre sud de Los Angeles. Ils décident alors d’aller skater à Beverly Hills et tester une célèbre rampe de skateboard… Ils rencontreront également des jeunes filles issues de riches familles, et s’attireront les foudres de leurs parents et de la police locale. Un film qui rend un bel hommge au skate !

.

La mort suspendue

En mai 1985, Joe Simpson et Simon Yates, deux alpinistes britanniques, décident de tenter l’ascension de la face ouest du Siula Grande, dans la Cordillère des Andes au Pérou. Ils atteignent le sommet, un exploit historique, mais Joe Simpson se casse la jambe lors de la descente et se retrouve suspendu dans le vide. A 6 000 mètres d’altitude, Simon va devoir couper la corde qui le relie à Joe pour s’en sortir… Un film-documentaire poignant !

.

.

Everest

Ce film de 2015 est inspiré d’une tragédie survenue sur le mont Everest en 1996, lorsque huit alpinistes réputés avaient péri dans une tempête de neige, en tentant de gravir la plus haute montagne du monde. « Everest” suit deux expéditions distinctes confrontées à des conditions d’ascension vraiment extrêmes. Le scénario s’inspire du livre autobiographique « Tragédie à l’Everest » (Into Thin Air: A Personal Account of the Mt. Everest Disaster) écrit par Jon Krakauer et publié en 1997.