Portrait : Maxime, moniteur de ski freeride

Avec Maxime Goby, vous pourrez découvrir le potentiel sans fin du domaine des 3 vallées en ski freeride !

Né dans un superbe village près de Perpignan et de Font-Romeu, Formiguères, Maxime skie depuis l’âge de 3 ans et pratique le snowboard depuis l’âge de 8 ans. Dès l’âge de 19 ans, il s’installe à Val Thorens, sur le domaine des 3 Vallées et obtient son diplôme d’état.

Bien que Maxime enseigne également le ski classique, sa véritable passion est d’enseigner et d’encadrer les sorties en freeride.

Découvrons-en un peu plus sur notre moniteur de ski polyglotte, passionné et avec lequel vous aurez peut-être le plaisir de partir en hors-piste la saison prochaine !

2

Qu’est ce qui t’a poussé à devenir moniteur de ski ?

Grâce à un « échec scolaire ».  J’étais sensé suivre un parcours dans l’architecture mais toutes les écoles supérieures ont refusé mon dossier d’inscription.

Parallèlement, mes parents m’ont transmis le goût de la montagne depuis très jeune, dans les Pyrénées Orientales à Formiguères, ce qui m’a permis de m’y réfugier. Ayant réussi aux premiers tests du DE ski alpin, dès 17 ans j’avais mon petit boulot pour les week-ends et les vacances.

Depuis, je suis moniteur à plein temps à Val-Thorens.

Quel est ton souvenir le plus marquant en ski ?

Le jour où j’ai vraiment compris quel était mon rêve, lorsque je suis parti en Laponie faire un trip de Freeride.

Après la réussite de l’examen final du DE ski alpin en 2013, j’ai voulu célébrer ce moment fort en partant rejoindre un ami suédois (Pontus Lindhal rosén) dans le nord de son pays. J’ai passé 2 semaines inoubliables à gravir montagnes après montagnes. C’était magique, le soleil ne se couchait jamais à cette période de l’année. La neige était encore froide et de moyenne qualité.

Ce qui m’a le plus touché est de comprendre qu’avec des skis aux pieds, l’Homme est en total liberté.

1

As-tu un spot de glisse préféré ?

Je crois malheureusement ne pas avoir de spot préféré. J’aime être en montagne où qu’elle soit.

Que ce soit plus ou moins pentu, arboré ou désertique, loin ou proche de chez moi. Me demander si je préfère une montagne à une autre c’est comme demander à un enfant s’il préfère son père ou sa mère. Ça ne se demande pas…

Mon prochain spot de glisse sera certainement en Amérique du Sud.

D’autres passions que celle d’être dans la poudreuse ?

J’ai eu une jeunesse remplie d’activités extrascolaire. J’ai pratiqué en club, le ski, le judo, le jujitsu, la natation, le rugby à XIII, le tir long distance…

Puis, j’ai essayé divers sports de glisse : skate, SUP, wakeboard, surf, windsurf, kitesurf. Je suis un peu novice dans tous ces sports de glisse aquatique mais j’aime bien ça !

Moins classique : j’ai fait partie d’un club d’échec, et j’ai pratiqué le solfège pendant 12 ans et la guitare pendant 15 ans !

3

Si tu devais te qualifier en 4 adjectifs ?

  • Passionné : Tout ce que je fais, je le fais vraiment. Je prends plaisir à le faire et j’aime le partager.
  • Persévérant : Mes échecs ne sont que des expériences. Grâce à eux, j’ai l’envie d’aller encore plus loin.
  • Exigeant : Essentiellement avec moi-même. J’aime le travail bien fait et je cherche toujours à mieux faire.
  • Courageux : Lorsqu’il faut s’engager, je n’hésite pas longtemps. Je prends mes décisions rapidement.

Ton expression favorite ?

 Je suis un enfant du monde.

Je me retrouve souvent n’importe où sur la planète, et je me sens partout chez moi, avec mes amis.

5

Go pour une session freeride à Val Thorens avec Maxime!

 

119 views

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.