Le surf et ses origines

 

Les origines du surf

Découvrez l’évolution du surf au fil du temps… Quelle sont les origines du surf? D’où vient cette pratique ancestrale? Qui en sont les pionniers? Nous avons retracé l’histoire en compagnie des explorateurs et des premiers surfeurs…

La découverte du surf en Polynésie

Les origines du surf se situent dans le Pacifique entre Tahiti et Hawaï, lorsque les récits de voyages dépeignaient des indigènes couchés sur de larges bouts de bois pour « prendre » des vagues.

L’histoire raconte que James Cook voit un surfeur pour la première fois à son arrivée aux îles Sandwich, ancien nom donné à l’archipel d’Hawaï. C’est son lieutenant, James King, qui a décrit dans un journal de bord la pratique du surf comme il avait pu l’observer à Kealakekua Bay, sur la grande île d’Hawaii. Initialement, le surf faisait office de rituel de passage pour les chefs de tribus qui prouvaient leur valeur en affrontant les éléments sur une planche en bois ou en écorce d’arbre qui faisait environ 50 kilos. A cette époque, en Polynésie, le surf était une façon de progresser socialement et d’être reconnu dans la communauté.

« Nous y vîmes dix ou douze Indiens qui nageaient pour leur plaisir; lorsque les flots brisaient près d’eux, ils plongeaient par-dessous et reparaissaient de l’autre côté avec une adresse et une facilité inconcevables. Ce qui rendit ce spectacle encore plus amusant, ce fut que les nageurs saisirent l’arrière d’une vieille pirogue et le poussèrent devant eux en nageant jusqu’à une assez grande distance en mer ; alors deux ou trois de ces Indiens se mettaient dessus, et tournant le bout carré contre la vague, ils étaient chassés vers la côte avec une rapidité incroyable, et quelquefois même jusqu’à la grève ; ordinairement la vague brisait sur eux avant qu’ils fussent à moitié chemin, alors ils plongeaient et se relevaient de l’autre côté en tenant toujours le reste de pirogue. »

Extrait du journal de bord de James Cook, après son passage en Polynésie en 1769, lors de son premier tour du monde (1768-1771)

 

L’impact de la colonisation sur le surf

Avec la colonisation américaine, la pratique ancestrale et les rituels du surf se sont perdus peu à peu, notamment à cause des missionnaires anglais qui débarquèrent au crépuscule du XVIIIe siècle et estimèrent que ces pratiques étaient anti-morales, dictant pudeur et rigueur aux habitants des îles. L’impudeur fût interdite et le surf banni. Plus le droit de surfer à demi-nu sur un tronc de bois pour les polynésiens !

Plus rien pendant des centaines d’années jusqu’aux années 1960, lorsqu’un Américain de passage qui, avant de repartir, laissa en offrande quelques planches… Un cadeau d’une valeur inestimable.

La renaissance du surf dans les années 60

Dans les années 1900, des surfeurs australiens, à la recherche de spots se firent accompagner par des Tahitiens qui leurs indiquaient les endroits où gauches et droites déroulaient sur le récif ou sur les beach break. Quand ceux-ci repartirent, ils laissèrent leurs planches à leurs guides polynésiens.

Egalement, Duke Kahanamoku, champion olympique de natation, décida de redonner vie à ce sport emblématique en lui faisant traverser les océans ! Il a multiplié les démonstrations de surf en Californie et en Australie notamment, aujourd’hui devenus des destinations surf incontournables.

La passion du surf et sa beauté ont inspiré le monde entier et en particulier Jack London, écrivain d’aventure, qui a énormément contribué à démocratiser le sport auprès du grand public.

Roland Leboucher, l’un des pionniers de la renaissance du surf à Tahiti s’était confié à ce sujet à David Michel journaliste à L’Equipe. « Avec mes cousins, on a récupéré une planche, on a commencé dans la mousse, puis petit à petit, on a progressé en s’inspirant notamment des grands surfeurs hawaiiens que l’on voyait dans les magazines. » En 1969, est organisé le premier championnat de surf à Papara, et c’est Roland Leboucher qui sera sacré champion, cette année-là.

L’âge d’or du surf

Quelque temps plus tard, lorsque les premiers Championnats du monde de surf furent organisés en Australie, certaines équipes se déplacèrent en voilier et vinrent accoster à Tahiti. Échange de bons procédés : dès leur arrivée, les surfeurs étrangers demandèrent à recevoir les conseils des habitants les mieux renseignés sur les lieux à vagues. En échange, ceux-ci les accompagnèrent sur les spots et en découvrirent les premiers plaisirs : comme il n’y avait pas encore de leash accroché à la cheville des chasseurs de vagues, dès qu’un surfeur chutait et que la planche revenait vers le bord, les jeunes Tahitiens s’empressaient de la lui ramener au large. Quand les visiteurs repartirent, eux aussi abandonnèrent quelques planches.

Avec la démocratisation de la pratique du surf dans le monde sont venues les évolutions technologiques qui ont permis de développer des modèles de planches de surf plus légères et profilées pour une meilleure sensation de glisse.
Les ailerons font leur apparition sur les planches et les nouveaux matériaux utilisés tels que le polystyrène et la fibre de verre permettent de faire exploser l’intérêt du grand public pour la pratique du surf.

Le surf débarque en France 

C’est dans les années 1950 que le cinéaste Pierre Viertel a fait découvrir le surf aux français… à Biarritz! Cette ville du sud ouest qui respire l’esprit surf a été le berceau de la pratique en France. Et c’est sans surprise que ce sont les vagues de l’océan Atlantique qui ont donné envie à Pierre Viertel de se faire importer une planche de Californie pour en profiter pleinement.
Le surf s’est rapidement propagé le long de la Côte Basque et en particulier sur le spot aujourd’hui ultra-célèbre de la Côte des Basques.
La France regorge de très bons spots pour faire du surf, pour tous les niveaux de pratique, et tous les types de pratique. La France est un passage obligé de nombreuses compétitions de surf comme les Quicksilver Pro et Roxy Pro par exemple.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer