ski hors piste

Ski hors piste: technique et mode d’emploi

Ski hors piste ou Freeride, quelque soit le nom que vous utilisez, c’est LA pratique ultime du ski!

Pour pratiquer du bon freeride, il faut de la poudreuse, un bon terrain de jeu et surtout une bonne dose de sécurité! Le principe est simple: skier en dehors des pistes à la recherche de la poudreuse, de la tranquillité, des pentes vierges, des paysages sauvages sans remontées mécaniques et sans bruit! Voilà quelques conseils sur les destinations poudreuse et les techniques pour skier en dehors des sentiers battus en toute sécurité!
Déjà ne vous lancez pas à l’aventure si vous ne connaissez pas le domaine ou si vous ne savez pas lire le manteau neigeux et évaluer le terrain… Skier en hors piste demande des années d’expérience, et très souvent un apprentissage depuis l’enfance à la lecture de la montagne.

freeride-powder-snowjpg

La technique pour skier en hors piste :

Alors déjà, on oublie la vieille technique de grand-père… à savoir, plus besoin de s’asseoir sur les skis. On se relève et on répartit équitablement son poids sur ses 2 skis. Les deux skis sont un peu écartés, car là encore la gaudille c’est fini 😉 Vos jambes doivent jouer avec le terrain et suivre le relief, en toute fluidité. Il ne faut surtout pas être raide sur ses skis pour éviter la chute… regardez quelques vidéos du Freeride World Tour  et essayez de faire comme les riders pros 😉 au niveau style! (bon je vous l’accorde, c’est pas simple!)

Les 10 commandements du ski hors piste :
A ÉVITER 
  1. tu ne partiras jamais seul
  2. tu ne skieras point dans les traces d’un autre skieur car (i) tu vas avoir plus de difficultés (ii) ce n’est pas puriste (iii) celui qui avait fait ses traces risque de ne pas apprécier
  3. tu ne croiseras jamais les traces d’un autre skieur car (i) vu d’en bas, ça va être moche (ii) ça ne plaira pas à celui qui a fait la trace que tu as saccagé
  4. tu ne skieras pas trop en arrière ni trop en force, histoire d’éviter de déclencher une avalanche!
A FAIRE 
  1. tu partiras bien équipé avec le trio DVA, pelle et sonde, utile pour rechercher une ou des personnes ensevelies en cas d’avalanche
  2. tu choisiras des skis ou un snowboard bien larges, permettent d’avoir une bonne portance et d’éviter de s’enfoncer dans la poudreuse
  3. tu t’informeras sur les conditions climatiques
  4. tu t’équiperas d’un casque pour protéger ta tête en cas de chute
  5. tu trouveras le bon équilibre avant/arrière tout en faisant le ressort sur tes skis pour pouvoir encaisser les transformations de neige
  6. tu apprendras à faire déjauger tes skis en prenant de la vitesse.
Pour sauter le pas, partez avec un guide de haute montagne !

Skier en hors piste ne s’improvise pas. Une pente vierge, c’est tentant OK, mais cela peut être dangereux si vous le faites sans guide. Alors quelques conseils avant de vous lancer ou de continuer (si vous pratiquez déjà) :

Si vous débutez:

  1. Etre accompagné! Prenez un guide de haute montagne
  2. Assurez vous qu’il fait bien parti de L’UIAGM, l’association internationale qui regroupe les associations nationales de guides de montagne du monde, parmi lesquelles figurent: le Syndicat National des Guides de Montagne (SNGM) en France, l’association des Bergfuehrer en Autriche, les British Mountain Guides (BMG) en Angleterre, Guide Alpine en Italie, New Zealand Mountain Guide Association en Nouvelle Zélande, etc. Chez Adrenaline Hunter, tous les guides de haute montagne font partis de l’une de ces organisations et sont accrédités. 
  3. S’informer sur les conditions météo. La qualité et la sécurité d’une sortie freeride, c’est le bon état de la neige et des facteurs météorologiques favorables.
  4. Ecoutez bien tous les conseils du guide avec attention
  5. Apprenez à observer et apprenez à mieux appréhender les risques.
  6. Soyez alerte et restez à l’écoute de l’environnement!

Si vous pratiquez déjà

  1. Vérifier et consolidez vos acquis
  2. Faites des Formations Sécurité Avalanches
  3. Apprenez à utiliser votre dispositif Avalanche et entraînez vous avec vos potes pour faire de la recherche avec DVA (ex:Arva), pelle et sonde!
  4. Faites un stage de niveaulogie pour mieux comprendre et évaluer la stabilité du manteau neigeux
  5. Si vous ne connaissez pas le domaine, ou si vous n’êtes pas assez expert, partez accompagné! Prenez un guide de montagne

ski-hors-piste

Le terrain 

Le terrain idéal se juge selon différents critères, mais ça reste assez subjectif et propre à chacun. Tout dépend ce que vous recherchez : repousser vos limites en pente raide ou vous faire plaisir dans une neige de folie sans trop d’engagement?

Le premier type de terrain idéal c’est celui qui offre des possibilités de ski hors piste infinies : combes, couloirs, champ de peuf, pentes raides… Ici on pense forcément à La Grave, petit village au pied de la Meije dans les Ecrins, qui est un domaine « sans pistes » donc 100% hors piste ! Il y a aussi Les 2 Alpes, avec ses immenses combes ou encore Val Thorens, Chamonix (et sa fameuse Vallée Blanche, avec différents itinéraires en fonction du niveau), Serre Chevalier, Tignes et Val d’Isère. Et si on franchit les frontières françaises, on peut aller se faire déposer en haut des montagnes à la recherche des pentes vierges et de la grosse peuf ! Oui, on parle bien de faire une dépose en hélico, pour faire de l’héliski. Vous pouvez le pratiquer à la journée ou partir en trip héliski. Choisissez Verbier et Zermatt en Suisse, Sankt-Anton / Llech en Autriche, ou Gressoney ou Alagna en Italie… Toutes ces stations sont LES références en matière de hors piste.

Vous pouvez aussi opter pour un autre type de terrain idéal, avec des conditions d’enneigement de folie. Dans ce cas là, il n’a aucun doute, direction le Japon pour le Mont Hokkaido ! Vous aurez de la peuf jusqu’au buste… Le rêve quoi ! Au Japon, les pentes ne sont pas trop engagées donc le niveau est accessible à une majorité de skieurs confirmés. Ce que je veux dire ici c’est qu’il n’est pas nécessaire de savoir rider sur du 55° ou savoir sauter une barre rocheuse ! Pratique. Mais attention, il faut quand même gérer en poudreuse!

Si vous n’arrivez pas à choisir, alors optez pour le combo gagnant: conditions d’enneigement de folie + possibilités de ski hors piste infinies… aucun doute possible, on part faire de l’Héliski au Canada (Revelstoke, Vétérans, Valemount) ou en Alaska (Valdez ou Alyeska), etc.

 

Les conditions 

Outre l’équipement obligatoire, DVA-pelle-sonde et Airbag (fortement recommandé), vous devez aussi consulter le bulletin neige risques et avalanches émis par Météo France chaque jour pendant la saison. Deux paramètres sont à prendre en compte : les chutes de neige et le vent.

Et même si vous faites tout cela, privilégiez de skier avec un guide hors piste ou un moniteur de ski (qui, lui, ne pourra pas vous emmener en terrain glacière). C’est très simple, ne prenez pas de risque et sortez en hors piste en toute sécurité !

L’engagement guide se fait à la journée, avec des prix par groupe. C’est à dire que l’engagement journée va coûter le même pris que vous soyez 1 personne ou plusieurs. Alors partez entre potes, avec un max de 5 personnes par groype biensûr, dans un souci de sécurité permanent !

Découvrez le ski hors-piste avec Adrenaline Hunter

Photos du haut : Johnny Collinson